Intervenant au carrefour de deux univers, celui du social et celui du judiciaire, la Clinique Droits Devant est amenée à travailler avec tout un éventail d’acteurs et actrices. Elle est notamment impliquée et sollicitée en raison des ses expertises et aptitudes en matière de transfert de connaissances et de sensibilisation. Voici un aperçu de ses nombreuses alliances.

 

Il va sans dire que la Clinique travaille au quotidien avec les acteurs et actrices de la Cour municipale et du Palais de justice, principalement les procureurEs, les juges, le bureau de la perception des amendes de même que les avocatEs de la défense.

 

La Clinique participe et anime aussi le CAJI (Comité accompagnement justice itinérance), instance regroupant, en plus des acteurs/trices de la cour (juges, bureau de la perception des amendes, aide juridique et procureurs), des personnes issues de différents ministères, comme le CIUSSS du Centre-Sud (Service régional), le ministère de la Justice et le ministère de la Sécurité publique (Services correctionnels). Le RAPSIM, le Centre de justice des premiers peuples (CJPPM) et, YMCA – Programme de travaux compensatoires et le milieu de la recherche contribue aussi aux travaux de ce comité. Le CAJI constitue aussi l’un des 11 groupes de travail issus du Comité directeur en itinérance de la région de Montréal.

 

Comme principale porte d’entrée dans les programmes sociaux de la Cour municipale, la Clinique participe au Comité interne du PAJIC, une instance présidée par les juges de la Cour veillant à la bonne opérationnalisation de ce dernier programme.

 

La Clinique travaille aussi avec différents autres partenaires, participant notamment aux activités du Forum des cliniques juridiques, accueillant annuellement une étudiante de ProBono UQAM et collaborant ponctuellement avec différentes organisations, comme Éducaloi. Par ailleurs, l’organisme accueille sur une base régulière des personnes venant faire des travaux compensatoires dans ses locaux.